• Le blogue suivant vous présente des numérisations de 45 et 78 tours, de 1900 à 1989, la plupart des chansons à succès. Plus de 4 000 numérisations ont trouvé niche ici. J' ai ajouté des renseignements sur la chanson ou l'artiste, ainsi que des opinions.

    Pour trouver une chanson que vous désirez entendre, servez-vous du petit moteur de recherche qu'il y a à droite, en tapant soit le nom de l'artiste, le titre de la chanson ou une année.

  •  

    Présentation

     

    Bienvenue sur ce blogue, une petite encyclopédie de l'univers des 78 et 45 tours, de 1900 à 1989, dernìère année de la production de ce format en Amérique. Il y a ici autour de 4500 articles et chansons. Je présente les étiquettes des disques, émet des opinions, donne des renseignements sur les pièces.

    Ma référence est nord-américaine et, dans la mesure du possible, canadienne. La recherche des étiquettes donnait d'abord priorité aux copies canadiennes. Les références de classements sont celles du palmarès Billboard, via le livre de Joel Whitburn. S'ajoute une culture générale, fruit de plusieurs décennies de passion pour la musique populaire. La référence est aussi radiophonique : 90 % des chansons présentes ont été des succès à la radio ou des mélodies ayant une certaine réputation. Je tiens à m'excuser du relatif petit nombre de pièces en français. Les numérisations de 78-45 du Québec et de France sont tout simplement plus difficiles à trouver.

    Le moteur de recherche à votre gauche sera votre guide. Il vous servira à trouver une chanson précise, un artiste que vous désirez entendre. Vous pouvez aussi écrire une année, afin de cerner une époque, tout comme le style de musique vous mènera vers un grand choix de succès à apprécier. Bien sûr, vous pouvez vous servir du menu défilant, en bas, pour piger au hasard une page et y découvrir des chansons.

    Il y a sur ce blogue trois années de travail, une première version non complétée et sans fichiers audios ayant d'abord vu le jour sur une autre plateforme. Les chansons MP3 sont pour l'écoute seulement. Vous ne pouvez pas les copier. J'espère que ces chansons vont inciteront à passer chez un marchand pour vous procurer des disques.

    Vos commentaires seront appréciés.

      


    10 commentaires
  • Rolling Stones : Satisfaction (1965)

    Rien de semblable n'avait été entendu alors ! Ce son de guitare, les paroles de frustration, le rythme qui martelle, la "grosse" basse. 1965 est l'année d'un point tournant entre l'enfance du rock et son adolescence. Satisfaction est la chanson phare du processus. Je sais que cette chanson a été entendue des milliers de fois, mais l'avez-vous écoutée à plein volume ? Vous réaliserez alors jusqu'à quel point c'était efficace et que l'étincelle 1965 existe toujours.


    11 commentaires
  • Bob Dylan : Like A Rolling Stone (1965)

    Une chanson dense aux paroles de vengeance et de mépris envers une femme riche. Personne ne savait trop en 1965 qu'une chanson pouvait présenter de telles paroles. Cette chanson est sans doute le point de départ prouvant que les pièces rock pouvaenit raconter autre chose que des histoires d'amour et de bagnoles. Notez le temps sur l'étiquette : six minutes. En réalité, il y eut deux versions, la première présentant la chanson en deux parties, puis cette copie avec la création complète. C'est d'ailleurs cette dernière qui aura la faveur populaire, prouvant que les temps changaient beaucoup en 1965. Musicalement, la bande à Dylan cognait fort et Bob lui-même n'a jamais été aussi expressif. Grand disque !


    6 commentaires
  • Animals : House Of The Rising Sun (1964)

    Une chanson qui circulait depuis les années 1930, tant chez les cow-boys que chez les chanteurs de blues. Depuis la décennie 1950, House Of The Rising Sun faisait partie du répertoire folk. Dans tous ces cas, les paroles variaient selon les versions, mais il s'agissait toujours d'une chanson sur une femme condamnée à une maison de débauche. Avec les Animals, un homme en est vedette et son péché est d'être parieur et alcoolique, toujours dans une maison peu recommandable. Première version rock, avec énormément d'intensité de la part du chanteur Eric Burdon, sans oublier une partie d'orgue superbe de la part d'Alan Price. Un disque qui m'a toujours remué les sens et un des succès 45 les plus unique de tous les temps.


    9 commentaires
  • Kinks : You Really Got Me (1964)

    Ce qui est extraordinaire avec les années 1960 est la rapidité avec laquelle la musique rock a évolué. Un titre comme You Really Got Me aurait été impensable à peine une année plus tôt. Du moins, la présentation de la chanson n'aurait pas ressemblé au succès tel que nous l'avons connu. Dans ce processus d'évolution, les Britanniques ont servi de guide. You Really Got Me est un proto-hard-rock avec son rythme très appuyé et son solo de guitare décoiffé. Bien sûr : un classique souvent repris, avec Van Halen en tête. Les Kinks étaient alors au début d'une superbe carrière dont je demeurerai toujours un grand admirateur.


    6 commentaires
  • Kingsmen : Louie Louie (1963)

    Non seulement Louie Louie sera repris des centaines de fois, mais son rythme caractéristique sera souvent emprunté, partiellement ou au complet, pour créer d'autres chansons. Je considère Louie Louie comme le premier disque de rock des années 1960. Précision : il y a eu des rocks entre 1960 et 1963, mais ils étaient héritiers de la décennie précédente, alors que Louie a des caractéristiques qui n'existaient pas avant et qui deviendront monnaie courante à partir de l'ère Beatles. Avec ses incroyables maladresses, la chanson est aussi le premier "rock de garage" de la décennie.

    D'abord : l'orgue ! Ensuite : le chant nasal et incertain de Ron Ely, batteur du groupe, qui, en studio, devait s'exprimer dans un microphone trop haut perché, si bien qu'il jouait de sa batterie avec la tête vers le plafond pour rejoindre le micro, d'où l'aspect curieux de son chant, qui, d'ailleurs, a provoqué quelques cas de censure dans certaines parties des États-Unis, les gens de la radio croyant que le chanteur était saoul. Enfin : la guitare ébouriffée. Je ne peux m'empêcher de souligner la fantastique erreur suivant le solo de guitare, alors que Ely rate son entrée. En temps normal, un producteur aurait dû dire : "On arrête tout et on recommence", mais Louie Louie a été lancé sur le marché tel quel et a connu un succès tel que les Kingsmen ont dû être les premiers étonnés. Ron Ely fut évincé du groupe, qui poursuivra avec un autre chanteur et d'autres disques volontairement maladroits, alors que Louie était naturellement maladroit. La chanson provenait du répertoire de son compositeur Richard Berry, un obscur chanteur de R & B des années 1950.


    11 commentaires
  • Question Mark & The Mysterians : 96 Tears (1966)

    Une célèbre chanson d'orgue. Prédominante, on ne peut plus et on a peine à entendre les autres instruments. 96 Tears crée un certain climat menaçant et deviendra rapidement un classique du "Rock de garage".


    2 commentaires
  • Shadows Of Knight : Gloria (1966)

    La version d'origine, par les Them (1965), n'a pas connu de succès en Amérique. Cette reprise, inférieure, récoltera la gloire et fera naître un incroyable niagara de reprises par des musiciens amateurs, maladroits, hantés, morveux, etc. Des dizaines ! Je ne veux pas jeter la pierre aux Shadows Of Knight car leur microsillon 1966 était fantastique, interprétant des reprises de blues et de Rhythm & Blues avec hargne, où ce Gloria fait figure de parent pauvre. Pour entendre la pièce d'origine :

    http://4578.eklablog.com/them-gloria-1965-a39889229


    4 commentaires
  • Troggs : Wild Thing (1966)

    Les Troggs se feront une spécialité des chansons rock très simples et quelque peu primitives, d'où leur efficacité. 1966 était une année s'y prêtant très bien et j'imagine une légion de musiciens amateurs pensant : "Si ces gars y sont arrivés avec si peu, je peux le faire aussi !" Une des rares chansons de rock avec un solo de flûte à bec.


    3 commentaires
  • Young Rascals : Good Lovin' (1966)

    Premier succès pour cette formation reconnue pour son chanteur-organiste, Felix Cavaliere, chantant de façon soul et très influencé par la musique des Noirs. Good Lovin' est un peu trompeur, car les Young Rascals ont enregistré peu de rock. Celui-ci provenait d'une pièce R & B du groupe Olympics, l'année précédente. J'aime bien le solo d'orgue et le chant de Cavaliere.


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique