• Kingsmen : Louie Louie (1963)

    Non seulement Louie Louie sera repris des centaines de fois, mais son rythme caractéristique sera souvent emprunté, partiellement ou au complet, pour créer d'autres chansons. Je considère Louie Louie comme le premier disque de rock des années 1960. Précision : il y a eu des rocks entre 1960 et 1963, mais ils étaient héritiers de la décennie précédente, alors que Louie a des caractéristiques qui n'existaient pas avant et qui deviendront monnaie courante à partir de l'ère Beatles. Avec ses incroyables maladresses, la chanson est aussi le premier "rock de garage" de la décennie.

    D'abord : l'orgue ! Ensuite : le chant nasal et incertain de Ron Ely, batteur du groupe, qui, en studio, devait s'exprimer dans un microphone trop haut perché, si bien qu'il jouait de sa batterie avec la tête vers le plafond pour rejoindre le micro, d'où l'aspect curieux de son chant, qui, d'ailleurs, a provoqué quelques cas de censure dans certaines parties des États-Unis, les gens de la radio croyant que le chanteur était saoul. Enfin : la guitare ébouriffée. Je ne peux m'empêcher de souligner la fantastique erreur suivant le solo de guitare, alors que Ely rate son entrée. En temps normal, un producteur aurait dû dire : "On arrête tout et on recommence", mais Louie Louie a été lancé sur le marché tel quel et a connu un succès tel que les Kingsmen ont dû être les premiers étonnés. Ron Ely fut évincé du groupe, qui poursuivra avec un autre chanteur et d'autres disques volontairement maladroits, alors que Louie était naturellement maladroit. La chanson provenait du répertoire de son compositeur Richard Berry, un obscur chanteur de R & B des années 1950.


    11 commentaires
  • Question Mark & The Mysterians : 96 Tears (1966)

    Une célèbre chanson d'orgue. Prédominante, on ne peut plus et on a peine à entendre les autres instruments. 96 Tears crée un certain climat menaçant et deviendra rapidement un classique du "Rock de garage".


    2 commentaires
  • Shadows Of Knight : Gloria (1966)

    La version d'origine, par les Them (1965), n'a pas connu de succès en Amérique. Cette reprise, inférieure, récoltera la gloire et fera naître un incroyable niagara de reprises par des musiciens amateurs, maladroits, hantés, morveux, etc. Des dizaines ! Je ne veux pas jeter la pierre aux Shadows Of Knight car leur microsillon 1966 était fantastique, interprétant des reprises de blues et de Rhythm & Blues avec hargne, où ce Gloria fait figure de parent pauvre. Pour entendre la pièce d'origine :

    http://4578.eklablog.com/them-gloria-1965-a39889229


    4 commentaires
  • Troggs : Wild Thing (1966)

    Les Troggs se feront une spécialité des chansons rock très simples et quelque peu primitives, d'où leur efficacité. 1966 était une année s'y prêtant très bien et j'imagine une légion de musiciens amateurs pensant : "Si ces gars y sont arrivés avec si peu, je peux le faire aussi !" Une des rares chansons de rock avec un solo de flûte à bec.


    3 commentaires
  • Young Rascals : Good Lovin' (1966)

    Premier succès pour cette formation reconnue pour son chanteur-organiste, Felix Cavaliere, chantant de façon soul et très influencé par la musique des Noirs. Good Lovin' est un peu trompeur, car les Young Rascals ont enregistré peu de rock. Celui-ci provenait d'une pièce R & B du groupe Olympics, l'année précédente. J'aime bien le solo d'orgue et le chant de Cavaliere.


    3 commentaires