• Beatles : I Saw Her Standing There (1964)

    La face B de I Want To Hold Your Hand, ce qui, dans le cas des Beatles, a peu d'importance car les gens gobaient les deux faces avec un bonheur égal. Voici un rock & roll juvénile, héritier des créations des pionniers, tout en renouvelant un peu le style. Avec les claquements de mains, les Oouuu, c'est une pièce typique des premiers jours du quatuor. Un enregistrement de 1963 mais un succès de l'année suivante en Amérique. Bof, les Beatles, diront certains... Eh non, braves gens ! Ces quatre gars avaient beaucoup de talent et grâce à eux, le rock & roll est devenue une musique à part entìère, sans influence du R & B ou du country, comme c'était le cas au cours de la décennie 1950.


    votre commentaire
  • Sam The Sham & The Pharaohs : Wooly Bully (1965)

    Ce groupe n'aura duré que deux années et leurs succès suivants sortaient tous de la cuisse de celui-ci : rythme sautillant grâce à un orgue, solo de saxophone et titre synonyme d'un bruit. Et alors ? C'était pour s'amuser et Wooly Bully prouvait cent fois que le rock pouvait aussi être rigolo.


    6 commentaires
  • Surfaris : Wipe Out (1963)

    Si, en 1963 et 1964, vous faisiez partie d'un groupe amateur pour amuser les copains de votre quartier à la salle de loisirs, Wipe Out faisait partie de votre répertoire. Pas le choix : le batteur l'avait exigé ! Et si vous veniez à peine d'acheter une batterie, vous avez appris les rudiments de l'instrument en écoutant cent fois ce 45 tours. Le plus curieux est que le guitariste, pas mauvais, est le grand oublié de cette histoire. Les Surfaris était un groupe vocal. Cette pièce instrumentale était la face B de leur 45 tours. Le destin en a décidé autrement.


    2 commentaires
  • Betty Everett : Shoop Shoop Song (1964)

    Une chanson pop parfaite ! De l'introduction jusqu'à la mélodie, au climat de bonne humeur, jusqu'au chant accrocheur de Betty Everett. Le disque doit beaucoup à celles qui ne sont pas créditées : les choristes, du nom de Opals. Elles imitent parfaitement la sonorité typique des groupes vocaux féminins du temps. D'ailleurs, leur insistance à nous lancer des Shoop Shoop a fait en sorte que le titre de la chanson, It's In His Kiss, a été changé. 10 sur 10 avec des étoiles !


    votre commentaire
  • Billy Stewart : Summertime (1966)

    Tout le monde sait que le Summertime de Gershwin a été enregistré 342 512 fois. Cependant, il n'existe aucune version semblable à celle de Billy Stewart. On remarque surtout l'introduction et la finale, débordantes d'onomatopées dynamiques, mais il faut aussi noter le batteur hyperactif et les cuivres qui claquent. De la pure dynamite ! Le plus curieux est que hors ce titre exceptionnel, le reste de son répertoire est banal.


    4 commentaires